La journée internationale du Mensoge - Tolérance zéro.

le Publié dans Formations. Affichages : 1894

 

Quelle drôle de journée! A priori, rien que ce titre pourrait vous faire comprendre de quoi il s’agira ici. Mais avant de rentrer de plein fouet dans le vif du sujet, il importe à mon avis de s’arrêter sur les origines de cette journée, qui est peu à peu devenue populaire et dont la célébration s’est répandue dans le monde entier. Tous les pays y trouvent leur compte. C’est ainsi qu’en Russie on l’appelle « den dourakov » (le jour des fous). Les Allemands quant à eux parlent de « Aprilscherz », tandis que les Américains et les Britanniques l’ont baptisée « April Fool’s Day ». Voila! Vous l’avez compris; il s’agit du premier Avril avec son traditionnel poisson d’Avril qui désigne: « une plaisanterie, voire un canular que l’on fait le premier Avril à ses connaissances ou à ses amis. »

 

Nous retiendrons d’entrée de jeu que ses origines sont diverses et variées. Se penchant sur son certificat de naissance, les experts ne dénombrent pas moins de 800 hypothèses. Mais ici, je ne me limiterai qu’à quelques unes, sans doute les plus frappantes.

 

La légende raconte que jusqu’en 1564 en France, l’année commençait le premier Avril. Mais cette même année, le roi Charles IX décida de modifier le calendrier pour que l’année commençât désormais le premier Janvier. Il en fut ainsi; et le premier Janvier de l’année suivante, les gens se souhaitèrent une heureuse année, se firent des cadeaux, comme au début de l’année, car à compter de ce moment, l’année allait désormais commencer le premier Janvier, suivant la réforme du roi. Par la suite, beaucoup ont eu des difficultés à s’adapter au changement survenu dans le calendrier. D’autres n’étaient même pas au courant du changement de la date du nouvel an. Des petits farceurs en ont profité pour leur faire de faux cadeaux, des cadeaux sans valeur, juste pour rire et leur jouer bien de tours.

 

A partir de ce jour, chaque premier Avril de l’année, tout le monde, grands comme petits a pris l’habitude de se faire des blagues et des farces.

 

Si je m’arrêtais là, vous me demanderiez sans doute pourquoi est-ce qu’on parle donc de poisson d’Avril, puisque dans tout ce que j’ai dit jusqu’ici, le mot poisson n’apparait nulle part. Pourquoi le mot poisson? J’y arrive.

 

La légende en dit davantage. Elle raconte que, comme au début du mois d’Avril la pêche est interdite, car c’est la période de reproduction des poissons, certains eurent l’idée de faire des farces aux pêcheurs en jetant des harengs1 dans la rivière. En le faisant, ils se sont certainement écriés : « Poisson d’Avril », et la coutume du poisson d’Avril est restée.

 

Une autre hypothèse serait qu’à l’époque ou l’année commençait le premier Avril, les cadeaux que l’on s’offrait étaient le plus souvent alimentaires. Cette date étant à la fin du carême, période de jeûne durant laquelle la viande est interdite chez les chrétiens, le poisson était le cadeau le plus fréquent. Au fil du temps, comme les blagues se développaient, offrir des faux poissons était l’un des pièges les plus courants. C’est donc ainsi que le fameux poisson d’Avril vit le jour ; le jour des fous, de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou qui la voient autrement.

 

Bien que je n’aie exploré ici que quelques hypothèses sur l’origine du poisson d’Avril, je crois que chacun d’entre vous saura désormais à quoi s’en tenir ; vous saurez quelle est sa signification avant de vous y déverser. C’est véritablement le virus de la bêtise qui a envahi la terre et s’est emparé de beaucoup d’entre nous qui, dans un esprit moutonnier se plaisent à faire une farce le premier Avril à une connaissance, en guise de poisson d’Avril. Même nous, chrétiens, avons pris cette mauvaise habitude de faire des farces aux gens le premier Avril. Nous savons pourtant que le mensonge est un péché et que nous devons nous en garder (cf. Ex 20,16 ; neuvième commandement du décalogue). Mais que faisons-nous ce jour? C’est pour beaucoup une belle occasion de nager à nageoires déployées, librement et sans scrupule dans le torrent boueux du mensonge, ce maudit péché, sous prétexte que c’est le poisson d’Avril. Si nous mesurions un seul instant quelles peuvent en être les conséquences, je crois que nous nous abstiendrions de faire des blagues ce jour. La petite histoire qui suivra montre qu’avant d’agir, l’auteur de ce mensonge n’a en aucun instant mesuré la gravité du mal qu’il allait faire. Il ignorait complètement qu’il aurait sur la conscience, et ceci à vie, la responsabilité de la mort de l’un de ses proches.

 

Vous connaissez certainement l’histoire de Colbert et Victorielle, ces deux jeunes amoureux qui tenaient tellement l’un à l’autre. Ils étaient fiancés et allaient se marier dans quelques mois seulement. Ils se faisaient tellement confiance, au point où pour rien au monde l’un n’aurait pris pour mensonge les dires de l’autre, car tous deux semblaient avoir la vérité au bout des lèvres. Mais alors, vint ce jour malheureux où l’esprit diabolique de mensonge s’empara de Colbert. C’était un premier Avril, et comme ses amis, Colbert voulait bien faire une blague à quelqu’un. Mais à qui ? Il pensa directement à sa fiancée. La nuit de ce jour, à 23 heures et quart, le téléphone de Victorielle sonne. Elle décroche et c’est Colbert. Il lui demande de le rejoindre au bas de l’immeuble où elle logeait. Elle se demandait bien ce qui se passait pour qu’il demande à la voir si tard, en plus hors de sa maison; c’était inhabituel et surprenant. Mais emportée par le vent de l’amour qu’elle ressentait pour lui, elle descendit l’escalier en pyjama. Quand elle ouvrit la porte, elle ne vit personne et elle ne songea en aucun instant qu’il pouvait s’agir là d’une farce. Elle s’éloigna un peu de l’immeuble pour voir si son bien-aimé était aux alentours. Mais la rue était déserte; du moins presque déserte, car il restait au coin de la rue deux clochards qui l’observaient depuis le moment où elle avait ouvert la porte. Ils se rapprochèrent discrètement d’elle et le premier la bouscula violemment par surprise. Elle s’écria : mais Colbert qu’est-ce qui t’arrive? L’homme se pencha vers elle pour l’étreindre; c’est à cet instant qu’elle réalisa que ce n’était pas son fiancé, mais quelle venait de se faire agresser par deux délinquants. Quand elle essaya de crier, le deuxième homme lui banda la bouche à l’aide d’une vieille chaussette puante qu’il sortit de sa poche. Puis le premier - un sale homme répugnant - après avoir fait couler sur elle sa salive gluante et dégoûtante, la frappa et la viola ensuite. Le deuxième était là debout, regardant son complice faire et attendant son tour. Quand elle était au bout de ses forces, il la traina jusque dans son repère, puis il posa de nouveau l’acte dégradant que son complice avait posé quelques minutes plus tôt, jusqu’à ce qu’elle en meure peu de temps après. Voila, c’était fini. La jeune femme gracieuse qui une heure avant pouvait encore sourire n’était plus. La scène du viol avait duré 41 minutes au total.

 

En réalité, jamais Colbert n’avait été au bas de l’immeuble ce jour-là, à cette heure-là. C’était juste une farce. Lorsqu’il apprit le lendemain ce qui était arrivé à sa promise, il en fut bouleversé. Mais jamais il n’osa révéler qu’il était à l’ origine de la mort de sa Victorielle, jusqu’au jour où, persuadé qu’il n’avait plus de raisons de vivre, il se donna la mort, laissant sur sa table une lettre contenant ses aveux.

 

Cette histoire n’est qu’un exemple parmi tant d’autres cas malheureux. Vous en connaissez certainement plus que moi. Habituellement, nous commettons des mensonges plus ou moins graves; mais ce jour - premier Avril - est particulier, car les hommes comme à l’unisson se livrent à ce maudit péché. Et même ceux qui sont sensés être des sources de lumière y sont malheureusement aussi actifs que le sont les païens. Qui donc éclairera les mauvais, si nous aussi chrétiens devenons mauvais? Nous savons que l’engagement à la suite du Christ est perpétuel et sans trêve, sans pause, sans sursis. Mais on dirait que le premier Avril, les chrétiens prennent une pause dans leur lutte contre le péché, et décident de mentir de manière volontaire et même préméditée. Oui c’est mentir. Nous ne pouvons pas penser que ce n’est qu’une blague et que c’est négligeable. Non! C’est un mensonge que l’on fait en croyant être entrain de blaguer le premier Avril. Ne sommes-nous pas le sel de la terre? Au lieu de mentir ainsi en union avec les païens, invitons-les plutôt à changer, et prions pour que le diable n’ait le contrôle sur aucun de nous en ce jour.

 

Quand plusieurs personnes s’unissent pour porter une même intention au Seigneur, il leur prête une oreille attentive. De même, quand plusieurs personnes commettent un même péché dans un même intervalle de temps, celui-ci s’enracine peu à peu en eux. Beaucoup ont pris l’élan pour le grand marathon du mensonge le premier Avril, et sont aujourd’hui de grands menteurs ; des experts dans ce péché, on peut bien dire. Ne soyons pas de ceux-là. Ne donnons pas l’occasion au diable de prendre ainsi place dans nos vies. Car pécher c’est dire non à Dieu et c’est aussi céder place au démon. Et même, un homme sensé réfléchirait par deux fois avant de célébrer ce poisson d’Avril; il se poserait par exemple les questions suivantes: pourquoi célébrer une journée dont l’origine est si diverse et par ricochet floue? Devrais-je me livrer à tout, sous prétexte que tout le monde fait ainsi? Quelle est le sens de ce poisson d’Avril?

 

Et à cet effet, il faudrait retenir ceci de Poor Robin’s Almanach2 (1790):

 

April Fools’ Day: An Unsolved History. The First of April, some do say, Is set apart for All fools’ Day. But why the people call it so, Nor I, nor they themselves do know.

 

Le jour des dupes d’avril: Une Histoire Non Résolue. Le premier Avril certains le disent, est mis de côté pour les dupes. Mais pourquoi les gens l’appellent ainsi, je ne le sais pas et eux non plus.

 

Ne soyons pas les dupes de ce jour, parce que voulant duper les autres, nous allons nous faire duper par le diable, qui nous aura bien eus en nous faisant mentir. C’est lui le menteur par excellence. Souvenons-nous que c’est lui qui a été le premier trompeur. N’est-ce pas lui qui a dupé Adam et Eve en les invitant à manger le fruit défendu tout en sachant qu’en désobéissant à Dieu ils s’éloigneraient de Lui ? (cf. Gn3, 4-5). Que chacun se dise chaque fois: Seigneur, mon ambition c’est de te faire plaisir ; et qu’il œuvre vraiment pour lui faire plaisir à travers ses actes, gestes et paroles. Pour le premier Avril prochain, relevons le défi: opération zéro poisson d’Avril. Disons tolérance zéro au péché du mensonge et aidons nos frères et sœurs à y arriver aussi, à ne pas verser dans le mensonge. Mon frère, ma sœur, dis sincèrement à Jésus: ‘Seigneur donne-moi la force de fuir la tentation de mentir’. Pensons aussi à cette exhortation de Saint Paul aux Ephésiens, dans la deuxième lettre à eux adressée, au verset huit: « Vivez comme des fils de lumière. »

 

 

Mouvement de l’Incarnation.

Par Dimitri Moumani, UDS/Cameroun.